Print Friendly

Le fils aîné de Khadafi était détenu par une des nombreuses milices qui contrôlent la Libye depuis la mort de Muhammar Khadafi et la guerre civile qui a suivi. Ce pays richissime de son pétrole et son gaz, mais arriéré comme ou plutôt bien plus encore que tous les autres pays musulmans, fonctionne maintenant comme avant, sur l’organisation des tribus et la barbarie fondamentale de la culture locale, mâtinée d’islamisme, avec une solide présence d’Al Qaïda et de l’Etat Islamique.

Le fils de Khadafi, condamné à mort lors de son procès: une comédie de plus dans ce « pays » de peuplades vivant au Moyen-Âge. On a attendu de pouvoir le libérer en douce, moyennant une rançon. Impossible d’appeler ça autrement. Le Moyen-Âge…

Le gouvernement soutenu par les Occidentaux aura fort à faire pour avoir la moindre représentativité.

Saïf al Islam, le « glaive de l’Islam, à l’époque où l’argent du dictateur lui permettait tout.

Saïf Al-Islam, fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a donc été relâché par la milice qui le détenait à Zenten depuis le soulèvement contre son père, a confirmé l’un de ses avocats et la milice (Aboubakar Sadik) en question, hier.

Saïf Al-Islam a été remis en liberté en vertu soi-disant d’une « amnistie adoptée par le Parlement qui siège dans l’est du pays » et a quitté Zenten pour une destination tenue secrète par mesure de sécurité, a précisé son avocat Khaled al Zaïdi.

L’argent avec lequel Muammar al Khadafi a arrosé beaucoup de monde en France, commence à être tracé par la justice…

C’est évidemment pour d’autres raisons que ce criminel a été relâché. Il faut chercher la piste financière. Ses amis ont probablement soudoyé la milice avec quelques dizaines, voire centaines de millions d’EUR, provenant de l’argent du pétrole, détourné par la famille du dictateur.

Âgé de 44 ans, Saïf Al-Islam était le plus en vue des enfants du dictateur tué en octobre 2011, et faisait figure de possible successeur. Condamné à mort en 2015 pour crimes de guerre et nombreux assassinats  par la justice libyenne, il est recherché par la Cour pénale internationale.

Comme tous les jours, ce week-end a vu l’arrivé de plus de 1.000 migrants au départ de la Libye: nouvelle fournée de pseudo-réfugiés en Sicile. Ce sont avant tout des migrants économiques non qualifiés et inemployables en Europe. Nos dirigeants sont fous.

A part la corruption qui a permis sa sortie de prison, on se demande quel est le rôle qu’il pourrait jouer aujourd’hui dans une Libye livrée aux groupes armés, où plusieurs gouvernements se disputent le pouvoir. Né le 25 juin 1972 à Tripoli – le “glaive de l’islam”, en arabe – a été très actif pendant le printemps arabe, où il a tenté coûte que coûte de sauver le régime dictatorial de son père.

Pendant ce temps, la Libye continue d’être le point de départ de dizaines de milliers de migrants arabes et africains subsahariens qui tentent le passage vers l’Europe. Les passeurs sont souvent en cheville avec les ONG gauchistes qui « récupèrent » les migrants en leur collant l’étiquette de réfugiés, ce qu’ils ne sont évidemment pas.

Ce week-end du 11 juin, 930 personnes ont été « secourues » en 48 heures et plus de 1.000 depuis vendredi soir, par les ONG et les marines européennes qui ne défendent par l’Europe, mais contribuent au problème, lors de plusieurs opérations en Méditerranée, au large de la Libye, ont indiqué vendredi les gardes-côtes italiens. Le naufrage d’une barque remplie de migrants a fait huit morts et des dizaines de disparus.

L’ONG Médecins Sans Frontières  a pour sa part indiqué sur son compte Twitter avoir secouru 716 de ces personnes, et trouvé un cadavre.

Il n’y a aucun espoir de voir la Libye capable de gérer ses eaux territoriales ou les centaines de milliers de migrants qui se pressent sur la côte pour passer en Europe, et il n’y a aucun espoir de voir les dirigeants bruxellois, Jean-Claude Juncker en tête, essayer au moins d’appliquer la loi et de fermer la porte à ces migrants illégaux. L’incapacité de l’Europe à assumer un contrôle aux frontières de l’Union est totale.

C.T.

Commentaires