Print Friendly

Au temps de l’Avent, l’Église célèbre la mémoire de 5 Vierges. Sainte Bibiane (Viviane) est la première que nous fêtons le 2 décembre. Elle a connu le martyr sous le règne de l’empereur Julien l’Apostat en 363.

A l’image de Néron, les empereurs ne sont guère des enfants de cœurs avec les chrétiens, en atteste le martyr de Sainte-Viviane.

Le père de Bibiane était un préfet de Rome. Il fut jeté en prison et marqué au fer rouge à cause de son opposition à la politique de Julien. Après le chef de famille, Julien s’en prit au reste de la famille en les enfermant tout d’abord dans leur propre maison en les laissant mourir de faim. Le supplice traine trop en longueur pour l’ignoble Julien. Il décide donc de faire trancher la tête de la maman dans le but de terrifier Viviane et sa sœur Démétrie.

Le jugement des hommes

« Craignez, leur dit le juge, une mort honteuse et cruelle. Les biens de ce monde, répondent-elles, ne peuvent plus avoir pour nous aucun attrait, nous n’aspirons qu’à posséder Jésus-Christ; plutôt mille morts que la trahison à nos promesses! » A ces mots, Démétrie tombe morte aux pieds de sa sœur, et son âme s’envole. Viviane résistera avec force et courage aux menaces, aux insultes et aux coups que lui infligèrent les membres du tribunal et des badauds.

Condamnation et martyr.

Viviane fut condamnée par le tribunal à être enfermée dans une maison de prostitution où elle resta inébranlable dans sa foi et sa virginité. Devant un tel échec, le préteur la fit attacher à une colonne où elle fut battue à coups de cordes plombées jusqu’à ce qu’elle en succombe. Elle expira très vite. Son corps fut balancé sur une route pour y être dévoré par des chiens; mais aucun n’en approcha. Apparemment, il est écrit que « Dieu veille sur les restes de ses saints. »

Plus tard, un prêtre ensevelira ensemble les corps de Viviane, Démétrie et de sa maman.

Bertrand ROCHETTE

Commentaires