Print Friendly, PDF & Email

Cela peut faire ricaner de voir des gens de gauche, donc brillants, et affiliés au parti des corrompus, le PS, comme le président du Conseil d’Administration du « Samusocial » bruxellois, Michel Degueldre, se mettre en rage contre la presse et envoyer des emails menaçants, demandant au directeur de la communication, un certain Christophe Thielens d’enquêter sur la vie personnelle des journalistes qui salissaient le Samusocial.

Pour rappel, le « Bureau » et le CA du Samusocial bruxellois « vivaient sur la bête », tenant un bon tiers des réunions au restaurant, prélevant ces dépenses douteuses sur les dons, pour ne pas que ce soit trop visible, et  permettaient au duo des Thénardier du socialisme bruxellois, Pascale Peraïta et Yvan Mayeur de détourner la plus grosse part des sommes réservées aux « jetons de présence » pour des réunions qui n’ont jamais eu lieu.

Mayeur et Peraïta ont été jusqu’à l’odieux, puisque l’argent qu’ils détournaient étaient pris sur celui réservé aux sans-logis. De plus, on sait maintenant que Mayeur ne se pointaient que 2 ou 3 fois par an au Samusocial… Odieux est le mot.

Le docteur Degueldre recevait aussi des sous du CPAS de Peraïta. Pas étonnant qu’il la défende. Plus bête réaction que la sienne, on meurt!

Les associations de journalistes ont explosé à leur tour dans cette basse-cour de gauche, en caquetant que l’attitude du président (démissionnaire), Michel Degueldre et du Samusocial étaient «des pratiques mafieuses dignes du fascisme». Nous aurions ajouté « et du communisme », mais bien sûr la gauche sait mieux…

Degueldre avait envoyé un email rageur et menaçant, demandant qu’on enquête sur la vie privée des journalistes qui avaient osé critiquer ce machin socialiste qu’est le Samusocial, détourné du CPAS.

Pour Christophe Thielens, le récipiendaire du mail envoyé le 25 mai 2017 par le docteur Degueldre, la volonté d’intimidation de journalistes et d’un député était évidente.

« ce mail m’a beaucoup étonné. Je pense que c’est la réaction d’un homme désespéré, un homme égaré qui ne sait plus comment réagir. C’est juste hallucinant de recevoir ce type de demande. Une farce. J’ai répondu qu’on en parlera à mon retour », ce que Christophe Thielens s’est abstenu de faire.

Les journalistes concernés étaient Fadoul et Carlot (RTBF) et Leroy (Le Vif).

Les associations de journalistes s’insurgent évidemment contre la tentative de pression fomentée par le président du Samusocial à l’encontre de confrères du « Vif » et de la RTBF. La Fédération européenne des journalistes a déposé plainte au Conseil de l’Europe.

Ricardo Gutierrez, de l’association européenne des journalistes, ne se tient plus. Il est outré par cette attitude « fasciste ». Ne pourrait-on dire aussi « communiste »?

« C’est scandaleux », juge Ricardo Gutiérrez, secrétaire général FEJ, la plus importante organisation de journalistes en Europe. « Nous sommes époustouflés par cette démarche qui visait manifestement à faire du chantage à des journalistes qui travaillent, rappelons-le, dans l’intérêt public… et cherchent à faire éclater la vérité »

De son côté, l’Association des journalistes professionnels (AJP) juge elle aussi «ahurissants» ces procédés et s’inquiète de pratiques qui nourrissent un mouvement de haine à l’encontre des médias (Amusant – Ndlr). « Comme en France avec François Fillon ou aux Etats-Unis avec Donald Trump, il y a un mouvement de fond désormais alimenté par le monde politique qui consiste à s’attaquer à la presse », regrette Jean-François Dumont, secrétaire général de l’AJP. Il aurait dû ajouter Viktor Orban, qui dit du mal du gentil Soros, par exemple… Et l’AJP de terminer par une mâle affirmation : « c’est pleinement le devoir de la presse de dénoncer des pratiques abusives. ». Il ne reste plus qu’à coller Degueldre au poteau d’exécution.

Il parait que les journalistes travaillent dans l’intérêt public. Ca, c’est la meilleure…

On va sourire du fait que Messieurs les journalistes estampillés officiellement sont si sûrs de travailler dans l’intérêt public. Dans ce cas-ci, d’accord, mais c’est tous les jours que l’information est manipulée, tronquée, arrangée par les organes de presses susmentionnés, à la sauce bobo-ecolo-gaucho.

Pendant des décennies, le PS était protégé par la hiérarchie de la RTBF et il était exclu qu’un petit journaliste couvre un congrès du PS par exemple. C’était réservé aux journalistes PS et FGTB officiels, comme les interviews d’André Cools étaient réservées à sa maîtresse Christiane Lepère, encartée au PS. Paix à leur âme.

Aujourd’hui, le PS, propriétaire de la RTBF, est débordé sur sa gauche. Les rédactions sont plus Ecolo et PTB que socialiste et le bateau du socialisme francophone belge est en train de couler à pic. Tout fout le camp, Madame, même le respect pour le PS…

C.T.

Commentaires