Print Friendly, PDF & Email

Ca y est ! On a trouvé ! Le scandale bruxellois du Gial (voir article sur cette page) n’existe pas. C’est Karine Lalieux, impliquée jusqu’au cou, qui le dit. Et c’est la RTBF qui lui a donné la parole. Donc, on ne discute pas.

Selon l’échevine, « L’instrumentalisation de l’audit de 2017 jette le discrédit sur les collaborateurs de GIAL. Alors que le rôle des 125 travailleurs est et reste d’assurer un bon service à la population« .

Quel coeur généreux, admirable ! L’échevine prend la défense des 125 travailleurs du Gial. Et de son collègue PS, Mohamed Ouriaghli, président du conseil d’administration du Gial. Il aurait commandé un audit de la société… 18 ans après le début de la fraude. Avec une lenteur aussi avérée, cet homme terminera président de la SNCB…

Quant au « bon service à la population », un doute nous étreint. Lorsque vous recevez un ticket pour avoir mal parqué votre véhicule, la ville de Bruxelles se garde bien d’y joindre un bulletin de virement. A vous de le remplir et de le renvoyer. Si vous avez oublié de mentionner la communication structurée, vous recevrez un rappel (augmenté d’intérêts de retard), mais vous ne retrouverez jamais la somme que vous avez versée au bon compte de la ville et à temps.

Où passe cet argent ? Personne ne peut vous renseigner. Téléphonez et on vous enverra promener dans un français douteux.

C’est ça, le « bon service », version PS de Bruxelles !

Commentaires