Print Friendly, PDF & Email

Le gouvernement Michel comporte au moins un goujat. Il s’agit de Kris Peeters (CD&V) qui a eu le front de prétendre que « les Belges sont trop riches et peuvent participer à des efforts pour réduire les déficits » (Het Nieuwsblad, 15 avril). Cela fut dit sans rire.

« L’effort » a fournir consiste à effacer la dette du scandale Arco, un placement, encouragé par le syndicat chrétien flamand, qui s’est révélé une escroquerie de haut vol. Les 780.000

coopérateurs grugés ont vu filer 10,6 milliards, dont on est en droit de se demander si une partie de ce pactole ne dort pas sur les comptes des syndicats chrétiens, planqués dans paradis fiscaux.

Rappelons que le scandale Arco a suivi la faillite de Dexia, d’où est sortie, grâce à l’argent du contribuable, la banque Belfius. Une banque dont les administrateurs viennent d’augmenter leurs salaires de 10 % !

Pour le CD&V, et surtout sa branche dite « sociale chrétienne », il est primordial que les petits épargnants, ruinés par Arco, retrouvent au moins une partie de leurs mises. Kris Peeters, qui ne doit son poste de ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs qu’au soutien des syndicats chrétiens, se doit d’apaiser la colères des victimes d’Arco.

COMME NOUS SOMMES EN BELGIQUE, NOUS NE SAURONS JAMAIS SI LES MILLIARDS DETOURNES NE SE TROUVENT PAS SUR LES COMPTES DU SYNDICAT CHRETIEN DANS LES PARADIS FISCAUX… 

A cette fin, comme un grand, il a été trouvé Jean-Claude Juncker, membre du même parti européen que Peeters, dans le but de faire admettre l’effacement de la dette Arco par une contribution prélevée sur les avoirs de TOUS les Belges. Ce qui s’est traduit par la formule désormais historique : « Nous sommes trop riches, nous vivons au-dessus de nos moyens » !

Selon Kris Peeters, membre d’un gouvernement MR où personne ne l’a contredit, nous sommes tous des profiteurs.

Même opinion du côté du gouvernement wallon (MR-CDH), où l’on s’apprête à lever une taxe de 45 euros pour effacer l’ardoise de la folie des certificats verts, lancés par Jean-Marc Nollet, l’Ecolo qui fut membre d’un précédent gouvernement wallon et n’a toujours pas exprimé un  mot de regret pour ce qui s’est révélé une arnaque.

Mais sommes-nous vraiment des profiteurs ? Nous sommes le troisième pays au monde qui taxe le plus ses citoyens. Le pouvoir d’achat diminue d’année en année. Et on nous invente sans cesse de nouvelles taxes, parce que les partis traditionnels ne veulent pas prendre des mesures radicales contre les gaspillages d’Etat : 6 gouvernements, 7 parlements, provinces, région bruxelloise ajoutées à 19 communes, etc… Pour le gaspillage d’argent public, la Belgique doit viser la première place au monde !

Mais il y a des Belges qui profitent un peu plus que les autres. Un internaute a relevé quelques petits détails dans le train de vie des politiciens, qui nous trouvent trop riches et profiteurs.

Ce relevé vaut autant pour les parlementaires belges que pour les parlementaires européens, dont la liste des gratuités est encore plus longue.

Certes, c’est d’un affreux populisme que de révéler ces vérités aux simples citoyens. Mais peut-être qu’avant de réclamer des « efforts de tous » pour combler les déficits provoqués par les « parasites » visés par le tableau de cette page, ces mêmes « parasites » feraient bien de balayer devant leur porte de gens (très) riches…

Le PARTI POPULAIRE a inscrit dans son programme une baisse importante des impôts (tout à fait et immédiatement réalisable sans mettre en péril les finances publiques), ainsi qu’une réduction des postes inutiles dans les SIX gouvernements de la Belgique. Consultez le programme ! 

A.D.

Commentaires