Print Friendly, PDF & Email

Cette phrase aura sans doute déclenché quelques apoplexies au MRAX, à la Ligue des Droits de l’Homme et chez Unia (ex centre pour l’égalité des chances). Ceux et celles qui ont pu garder la tête froide se frottent déjà les mains : « On va demander des millions au Peuple ! Commandez déjà la Rolls ! »

Pas si vite, les amis ! Nous ne reprenons qu’une phrase, dûment enregistrée par les télés françaises, d’Emmanuel Macron, le Président de tous les Français. Une Marocaine, probablement illégale en France, voulait profiter de la visite du Président dans un centre des Restos du Cœur, à Paris, pour faire accélérer son dossier de demande d’asile.

Elle s’est retrouvée devant un Président, bien décidé à ne pas distribuer des droits d’asile au fond d’une pochette surprise. Son « Si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays » a le mérite d’être clair. Pas question d’accéder à une demande d’asile, si on ne vient pas d’un pays en guerre.

A ce propos, des communautés religieuses belges ont annoncé vouloir créer un « couloir humanitaire » afin d’accueillir 150 réfugiés syriens en Belgique. Les Syriens sont-ils encore des citoyens en danger ? Quand on sait que, dans les vagues précédentes, on a vu des « réfugiés » retourner en Syrie pour les vacances, on est en droit de se poser des questions.

Entre 1940 et 1944 a-t-on vu des Normands, réfugiés à Paris, prendre des vacances dans les contreforts du Mur de l’Atlantique ?

Désolé, MRAX & Co : adressez-vous à M. Macron et pas à nous !

Commentaires