Print Friendly

Ah! Le Luxembourg… Ses paysages reposants, ses châteaux d’un autre temps, ses vins mousseux et crémants. Et ses sociétés confortablement blotties au creux de ses vallées paisibles. Petit pays bien connu du Parti socialiste…

Feu Patrick Moriau, grand homme du PS carolo et champion de la corruption du parti socialiste, en gestionnaire de comptes, notamment au Luxembourg…

En 1997 déjà, dans le cadre d’une enquête sur le financement occulte du PS en lien avec les affaires de corruption du marché public Dassault, feu-Patrick Moriau avait été inculpé par la justice et condamné dix ans plus tard pour faux et usage de faux. 20 millions de francs belges avaient été découvert sur un compte luxembourgeois. Le même Patrick Moriau (PS – Chapelle-lez-Herlaimont – grande banlieue de Charleroi) avait de nouveau été inquiété en 2011. Il fut inculpé de corruption passive dans l’affaire du projet immobilier Citta Verde (Charleroi) et l’enquête mit à jour la société luxembourgeoise qu’il avait créée, Comit Invest et ses ramifications aux Iles vierges britanniques, autre paradis fiscal bien connu.

Didier Donfut (PS borain) reste un homme très actif… notamment à Luxembourg

Le Peuple a rapporté dernièrement à ses lecteurs le parcours de Didier Donfut, autre socialiste bien connu, administrateur d’une société basée au Luxembourg , paradis fiscal tant honni par le Parti. Aujourd’hui, la Rédaction vous propose de lever un pan de voile sur les aventures luxembourgeoise de Philippe Mettens, bourgmestre socialiste de Flobecq et ex-directeur de la Politique scientifique fédérale (BELSPO).

Philippe Mettens, bourgmestre PS donneur de leçons (de gauche), dans sa riante cité hennuyère de Flobecq – Vloesberg

Docteur en neuro-sciences, Philippe Mettens (photo de tête) a dû abandonner son poste de directeur de BELSPO pour cause d’incompatibilité de cumul avec sa fonction de bourgmestre. Le 9 octobre 2015, il a été nommé administrateur (sans parts sociales) et administrateur-délégué à la gestion journalière de la SA AdwäisEO, société de droit luxembourgeois fondée le 18 septembre 2015. Cette société entend développer ses activités dans le domaine spatial avec l’archivage de données satellites et évoque une collaboration possible avec la Belgique via le Gouvernement wallon. Intéressante potentielle future collaboration…

L’actionnaire unique de la SA Adwäis EO est la SARL W-CONSEIL, également installée au Luxembourg laquelle a souscrit les 31.000 € de capital social. Rien d’extraordinaire si ce n’est que la SARL W-CONSEIL est une société d’experts-comptables associée à une fiduciaire qui n’a rien à voir, de près ou de loin avec l’imagerie spatiale.

Assez curieusement, l’acte enregistré au Memorial luxembourgeois (l’équivalent de notre Moniteur) indique que Philippe Mettens est né le 09/09/1953 à Casablanca (Maroc) alors que sa biographie reprise sur le site du PS renseigne la date du 9 avril 1964. Curieux détail…


Le haut fonctionnaire Philippe Mettens (à gauche) remet le Prix Odissea au physicien K. Buytaert. Des neuro-sciences au spatial…

Rapide reconversion du directeur de BELSPO qui passe des neuro-sciences à l’espace, du microscopique au macroscopique, carnet d’adresses aidant. Rien de bien illégal, sauf que Philippe Mettens n’a pas jugé utile de déclarer cette nouvelle profession parmi ses 10 mandats de 2015, dont 4 rémunérés. Question en passant : les ex-directeurs de l’administration fédérale ne seraient-ils pas soumis à une clause de non-concurrence lorsqu’ils quittent leurs fonctions, comme cela est chose courante dans le privé ?

On peut aussi se poser la question de savoir comment le bourgmestre de Flobecq (cumuleo) parviendra à partager son temps entre sa riante commune et le Luxembourg pour assurer la gestion journalière de sa nouvelle société. En plus d’une autre société privée et de sa fonction de bourgmestre… 

Philippe Mettens a par le passé fait le bonheur des medias: En 2001, les membres du collège échevinal et le bourgmestre de Flobecq – dont Philippe Mettens – avaient vu leur salaire majoré indûment de 10% suite à une « erreur » de la secrétaire communale de l’époque, erreur commise malgré les contrôles internes et externes mis en place (?). Ce n’est qu’en 2008 que l’ « erreur » fut découverte et les heureux bénéficiaires priés de rembourser l’indu selon un plan d’apurement de dettes.  Les erreurs d’encodage dans les rémunérations et jetons de présence des édiles politiques ne datent pas d’aujourd’hui! Plan d’apurement qui selon l’administration wallonne ne serait pas respecté : le ministre Furlan en charge du contrôle des pouvoirs locaux a accusé formellement le bourgmestre de l’entité de négligence grave en la matière et de prise illégale d’intérêts tout en transmettant en 2015 le dossier du récalcitrant au Parquet du Procureur du Roi. Ambiance entre camarades!

Pas de quoi s’émouvoir après Publifin, les pots-de-vins Agusta et Dassault, la caisse noire du PS au Luxembourg, les affaires de Charleroi. Simple illustration du double langage du parti de Di Rupo qui devant ses aficionados conspue les paradis fiscaux et le capitalisme tout en vénérant dans le chef de certains de ses cadres le dieu argent surtout lorsqu’il est basé au Luxembourg.

(On se rappellera que Di Rupo n’avait jamais déclaré sa société patrimoniale PATRIMONS et son mandat au Moniteur. L’exemple vient d’en haut !)

P.H.

Commentaires