Print Friendly, PDF & Email

L’Europe allait nous rendre heureux, nous garantir la prospérité, nous apporter la paix. C’est tout le contraire qui est arrivé. 

L’analyse reprise ci-dessus est celle d’un économiste, spécialisé dans les marchés financiers et l’analyse des banques centrales, Michel Santi.

Il ne se lance pas dans de fumeuses prédictions. Il se contente d’analyser les faits.

Ainsi apparaît la forfaiture : malgré les belles promesses, la croissance de l’Union Européenne est négative. La bérézina, par comparaison avec la Chine (+ 139 %), l’Inde (+ 98 %), les Etats-Unis (+ 34 %). Et tout ça, en dix ans (2009-2019).

Et ne parlons pas du chômage des jeunes (moins de 25 ans) : selon les chiffres Eurostar, il est de 39,1 % en Grèce, 33% en Italie, 32,6 % en Espagne, 20,1 % en France,n 17,5 % au Portugal, alors qu’il n’est que de 11,5 en Grande-Bretagne.

De manière générale, le taux de chômage moyen dans la zone Euro s’élève à 7,8 % – en Grande-Bretagne : 4 %. Dans le Brexit, on se demande qui sera perdant et qui y gagnera…

En revanche, ce qui a atteint des altitudes stratosphériques, ce sont les avantages que se sont attribués les eurocrates :

Des salaires outrageusement élevés

Nous publions (cliquez ici) les salaires des personnages importants de la planète.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, s’est offert un salaire de 384.000 euros par an. L’expression « s’est offert » vient à propos, puisque notre homme a augmenté son salaire, dès sa prise de fonctions.

Avec 363.804 euros, le vice-président de l’Union Européenne, Felix Timmermans, doit se sentir un peu gêné aux entournures.

L’Europe présente cette plaisante caractéristique de pourrir deux présidents : auprès de Juncker, il y a encore le Polonais Donald Tusk qui prend, lui aussi, 384.000 euros par an. Si nous comptons bien, cela représente 1.131.804 euros pour mener l’Europe à sa ruine.

Juncker, mieux payé que Donald Trump ! 

Le plus surréaliste, c'(est que Juncker (384.000 euros) est mieux payé que le Président des Etats-Unis, Donald Trump (341.469 euros) !

De manière générale, les pays les moins bien lotis sont dirigés par les individus les mieux rémunérés. Charles Michel (291.000 euros) ne doit pas trop se vanter de son bilan : son échec se retrouve dans l’amaigrissement de votre compte en banque.

En revanche, les « mauvais », ceux qui n’acceptent pas la dictature des eurocrates, savent se contenter d’un salaire raisonnable : Viktor Orban (notre photo), Premier ministre hongrois (77.869 euros), Milos Zeman, Président de la Tchéquie (117.996 euros) – deux pays dont l’économie est au beau fixe.

Pendant que les incompétents, qui valent à l’Europe de reculer au rang de pays du Tiers-monde, se gobergeaient, le citoyen européen s’appauvrissait et voyait l’avenir de ses enfants se bloquer. Il faudra s’en souvenir lors de l’élection européenne, le 26 mai.

D.K.

 

Commentaires