Print Friendly

Les sondages sont trompeurs. Ils donnent l’impression que le PS s’effondre, prêt à disparaître dans les oubliettes de l’Histoire. Pas le moins du monde ! D’après une projection en sièges basée sur le sondage RTL-Le Soir-Ipsos, le prochain parlement wallon comporterait 17 sièges MR et 15 PS !

LE PS restera bien présent dans le prochain parlement wallon…

On est loin des commentaires « éclairés » à propos des intentions de vote pour le PS, passées de 32 % à quelque 20 % entre les dernières élections régionales (2014) et septembre 2017. En toute logique, on se dit que le PS devrait être réduit à la moitié de ses sièges actuels.

Hé, non ! Grâce au découpage électoral, qui se fait en catimini, avec adoption tout juste avant les vacances (ce fut encore le cas, cette année), les partis traditionnels ont fort bien cadenassé la démocratie. Ils sont au pouvoir et entendent y rester.

Toujours selon cette projection en sièges, le PTB en obtiendrait 11. Mais c’est merveilleux ! Au prix de quelques accommodements profitables, le PS, en voie de gauchisation extrême, pourrait revenir au pouvoir avec le parti aux amitiés nord-coréennes. Un gouvernement Magnette-Hedebouw ? Connaissant l’amour du pouvoir de la gent socialiste, toutes les combinazione deviennent possibles.

Tant aux communales de 2018 qu’aux régionales de 2019, il est plus qu’indispensable de ne plus voter pour les partis traditionnels. Sans cela, on sera reparti pour 5 ans de manigances, d’entourloupes, de profitariat, de manœuvres obscures et de mépris pour le citoyen.

Il ne s’agit plus de s’indigner des scandales Publifin, Samusocial, Cuisines bruxelloises, Vivaqua ou Aquawal : on sait que les copains PS-CDH-MR s’arrangeront pour enterrer les affaires gênantes pour eux et qu’aucun coupable ne sera désigné. Cela commence déjà : le PS voit dans les scandales Publifin et Samusocial un complot néolibéral ! Demain, ils accuseront la NVA et Bart De Wever d’avoir trompé les très honnêtes Mayeur, Moreau et Peraïta.

C’est bien d’une authentiquement nouvelle culture que nous avons besoin. Elle ne se trouve pas dans les états-majors des partis traditionnels : on n’y trouve que des pignoufs, pareils à des capitaines de navires sur le point de sombrer et tentant de colmater les brèches avec leur pouce.

Voter PS, MR, CDH, Ecolo ou DéFI, c’est signer l’arrêt de mort de la Belgique. C’est le meilleur moyen de nous retrouver dans le même état que la Grèce, après 2008 : faillite de l’État, salaires drastiquement diminués, comptes bancaires bloqués, pensions non payées, citoyens honnêtes jetés à la rue, démission de la Justice face à une immigration démentielle et dangereuse. Nous n’inventons rien : cela s’est passé en Grèce, cela se reproduit en Italie et dans certaines régions d’Espagne.

Tous les maux dont souffre notre société (immigration sauvage et incontrôlée, fermetures d’entreprises, délocalisations, pression fiscale insupportable, communautarisme et zones de non droit, etc), seuls les partis traditionnels en sont responsables.

L’unique moyen dont dispose le citoyen honorable pour les sanctionner, c’est de ne voter pour eux en aucun cas. À la niche, les médors de la mondialisation !

N.B.

Commentaires