Print Friendly, PDF & Email

Le Peuple a déjà attiré votre attention la volonté démagogique et électoraliste du bourgmestre de Bruxelles, désireux d’inaugurer un « square Lumumba » dans le quartier dit « Matonge ». Le premier échevin, Alain Courtois (MR) avait suivi.

Pour justifier la démarche, Close et Courtois disaient se baser sur une demande pressante de la communauté d’origine congolaise et sur un « rapport mettant en cause la responsabilité belge dans la mort de Patrice Lumumba (17 janvier 1961) ».

Seul un groupuscule d’agités était demandeur d’une statue ou de la dénomination d’un lieu. Très loin d’une demande universelle ! Quant au rapport « décisif », il n’existe pas. Le rapport officiel sur la mort de Lumumba indique bien que ce dernier fut assassiné par des Congolais – les images d’actualité prouvent à suffisance que les Congolais voulaient la peau d’un apprenti dictateur communiste.

Contrairement aux bobos gauchistes, les Congolais ne se faisaient aucune illusion sur le personnage, plusieurs fois condamné pour détournement d’argent (notamment dans les postes congolaises), d’extorsion de fonds et, sans doute, pour avoir commandité des assassinats d’opposants.

Close et Courtois ont menti au conseil communal et aux Bruxellois. On ne donne pas à une place le nom d’un dictateur. Ou alors, il faudra envisager un boulevard Pinochet, une place Ceausescu, une drève Mao et une esplanade Léon Degrelle !

 

Commentaires