Print Friendly, PDF & Email

Alors que le gouvernement Michel est prêt à offrir toutes les aides sociales aux migrants ayant travaillé 1 jour en Belgique, de jeunes entrepreneurs ont peine à survivre. En cause : le matraquage fiscal dont ils sont victimes – en toute légalité. 

Le témoignage ci-dessous est accablant. Il nous vient d’un jeune entrepreneur belge (nom connu de la rédaction) et décrit une situation surréaliste.

Il n’y a pas que les « gilets jaunes » à en avoir ras-le-bol de l’écrasement fiscal dont nous souffrons, par la faute des partis traditionnels (PS, MR, CDH, Ecolo, DéGI, PTB). Il y a les petits commerçants, les indépendants, les pensionnés, les gens qui travaillent : ils n’en peuvent plus – et le font savoir pacifiquement. , contrairement à certains « gilets jaunes ».

Arrivée troisième dans le classement des plus insupportables ponctionneurs de taxes, la Belgique possède 7 gouvernements qui appauvrissent la population. Tuent l’espoir. Condamnent les générations futures.

Alors que rien n’est trop beau pour la rétribution des migrants, l’aide aux pays pauvres, le soutien des occupants arabes de la Palestine, le peuple belge souffre et n’est pas entendu. Et tout est fait pour le spolier. La preuve, ci-dessous :

« Ce n’est pas neuf mais ça reste hallucinant…

Pour le 10 avril 2018 je devais estimer le bénéfice annuel de ma société au 31 décembre 2018 et verser 1/4 de l’impôt correspondant … et ce pour éviter une majoration de 9%.

Bien sûr, chaque mois en me versant mon salaire, j’ai en plus retenu un précompte professionnel pour l’impôt des personnes physiques ET versé des cotisations sociales personnelles.

Bien sûr, ma société a en plus payé des cotisations sociales pour des prestations qu’elle n’aura jamais en tant que personne morale…

L’un des premiers principes du code des impôts est son annualité … principe légalement bafoué grâce à diverses lois raccords.

J’allais oublier … pour 2017 je viens de payer 21.452,66 € d’ISOC dont 414,74 € de majoration, car j’avais mal estimé, en avril 2017, mon bénéfice au 31/12/2017

Marre d’engraisser ce pays qui ponctionne jusqu’à la moëlle ceux qui essayent de faire tenir le système. Et encore, je peux m’estimer heureux de faire des bénéfices, car si je devais me planter un jour, je n’aurais droit à rien. »

Une réforme de la fiscalité est plus qu’urgente, si nous voulons sauver l’entreprenariat en Belgique. Les partis traditionnels tuent les petites entreprises et terrorisent les entrepreneurs par une fiscalité dictatoriale.

D.K.

 

Commentaires