Print Friendly, PDF & Email

Ce lundi 11 juin, Charles Michel (MR) et Jan Jambon (NV-A) ont rencontré, à Paris, le Premier Ministre français, Edouard Philippe. A l’issue de la réunion, que de mâles paroles ! Bonnes gens, dormez tranquille : vos gouvernements veillent sur votre sécurité. Il y a tout de même un bémol dans ce rap triomphaliste… 

Un peu tard… Les services de sécurité français et belges vont travailler de concert pour traquer la bête terroriste. Charles Michel (MR) prétend que plus de 9.000 informations ont été échangées entre la Belgique et la France dans les années passées. On ne peut pas dire qu’elles aient servi à grand chose – sauf à nous épargner des attentats en plus de ceux qui ont déjà fait des centaines de morts. On se demande donc pourquoi il a fallu, depuis le 11 septembre 2001, attendre 17 ans pour que Belgique et France travaillent en commun.

Ca commence mal. Il ne faut pas être un mauvais esprit pour se montrer dubitatif à l’égard de cette union sacrée Belgique-France. Coup sur coup, trois nouvelles inquiétantes.

1. Un bourreau français de Daesh touchait des aides sociales ! Selon une information de TF1 (26 mai 2018), le djihadiste français Selim ben Galem touchait 12.425 d’aides sociales, alors qu’il préparait les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercasher (7 janvier 2015). Israël Mostefa, l’un des tueurs du Bataclan (13 novembre 2015), recevait 290 euros par mois, pendant qu’il décapitait des otages devant une caméra. Jean-Michel Klein, un converti partis en Irak pour y commanditer les attentats du 13 novembre 2013, recevait 11.095 euros d’aides sociales. On estime qu’un djihadiste français sur quatre a bénéficié des largesses de l’Etat français pendant qu’ils tuaient, égorgeaient, préparaient et accomplissaient des attentats.

2. Le « réfugié » était un cadre irakien de Daesh. Deux ans après l’obtention en France du statut de réfugié politique, Ahmed H., un Irakien de 33 ans, se révèle avoir été un cadre de Daesh – et pas n’importe quel cadre, puisqu’il s’est taillé une réputation de bourreau particulièrement sanguinaire. A tel point qu’il est poursuivi dans le monde entier pour crimes contre l’humanité. Nonobstant, il a obtenu une carte de résident pour 10 ans en France (info diffusée par LCI, 8 juin 2018).

3. Les « migrants » de l’Aquarius sont les bienvenus. Refoulé par l’Italie et par Malte, le navire Aquarius a été accueilli par le nouveau gouvernement de gauche espagnol. Cela fera 623 migrants en plus dans un pays où la population n’en peut plus de voir déferler les « migrants ». Au moment même où Charles Michel et Edouard Philippe effectuaient leurs gesticulations d’hercules de foire, le Premier Ministre français annonçait vouloir « aider le gouvernement espagnol » dans l’accueil des 623 migrants. Si le contrôle de personnes sans plus aucun papier d’identité se montre aussi efficace que dans les cas précédents, cela promet de beaux jours à la coopération Belgique-France !

Le programme du PARTI POPULAIRE est très clair : stop à l’immigration. Renvoi des illégaux dans les 100 jours suivant l’arrivée au pouvoir du PP. Contrôle des frontières. Renvoi des immigrés délinquants. 

A.D.

 

Commentaires