Print Friendly, PDF & Email

Mischaël Modrikamen, Président du Parti Populaire, a été le seul a dénoncer la manipulation des esprits, lorsque de belles âmes (aux PS, MR, CDH, Ecolo et DéFI) réclamaient un « geste humanitaire » en faveur du djihadiste « repenti », Tarik Jadaoun, alias Abou Hamza Al-Belgiki. Ce tueur en série voudrait bien rentrer en Belgique.

Des « journalistes » ont même recueilli ses gémissements. S’agit-il de journalistes ? Ils n’ont pas fait leur boulot, car les confidences d’Al-Belgiki étaient un tissu de mensonge. Les services américains ont recueilli des informations nettement moins lénifiantes sur ce voyou, détenu en Irak, après avoir tué, organisé et planifié des attentats en Belgique et en France.

Il ne manque plus que les pleurs de la mère, de la soeur et des voisins musulmans de Al-Belgiki pour nous expliquer que c’est un si bon garçon, bon fils, obéissant, toujours poli, oui, papa, oui, maman, inch Allah, et les « journalistes » auront le sentiment du devoir accompli.

Des journalistes de la VRT, l’équivalent de la RTBF pour la Flandre, avaient été jusqu’à

Mossoul (Irak) pour interviewer ce Tariq Jadaoun, « prêt à aider la Belgique dans ses enquêtes sur le terrorisme ».

Il fallait être naïf (ou malhonnête – ou complice) pour croire une fable aussi grossière. Un « repenti » aurait été liquidé par des « frères » s’il avait vraiment voulu révéler leurs petits secrets ! Cette évidence n’empêcha pas les grandes consciences PS, MR, Ecolo et DéFI d’exprimer des avis favorables, allant de « montrons un peu d’humanité » à « cela vaudrait peut-être la peine de l’écouter ». En bons auxiliaires du PS, le MRAX et la Ligue des Droits de l’Homme apprêtaient déjà les bannières, les slogans et les affabulations émouvantes.

Pendant que la presse subsidiée trompait les Belges, les services de l’armée américaine interrogeaient Jadaoun. On peut imaginer que les entretiens ne se sont pas déroulés autour d’une tasse de thé à la menthe et d’une platée de biscuits au miel, mais le discours d’Al-Belgiki se révéla très différent de celui répercuté par les « journalistes ».

En réalité, le « pauvre jeune homme dévoyé » était un vrai stratège de l’Etat Islamique. Ilorganisa le meurtre du prêtre Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, en juillet 2016. Jadaoun était l’inspirateur et le conseiller des deux tueurs musulmans, Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil-Petitjean.

Le même Al-Belgiki envoyait à ses complices en Europe des instructions pour la fabrication des bombes. Il s’apprêtait aussi à participer aux attentats de Paris (13 novembre 2015), avec son « frère » Abdelhamid Abaaoud, cet habitant de Molenbeek, « victime évidemment de la société belge islamophobe », comme ont osé l’écrire des universitaires islamophiles.

On ne peut que se féliciter de l’action des enquêteurs américains. Si Al-Belgiki était rentré en Belgique, il aurait sans doute été remis en liberté, avec des Soudanais, par les magistrats qui font tout pour saboter le travail de Theo Francken.

Est-ce encore du journalisme ou de la propagande pro-islamiste que de donner la parole à des criminels, qui violent, décapitent, tirent de sang froid ? Ou alors, cette presse bien pensante est-elle complice des ennemis de la Belgique ?

Du reste, la bobosphère gauchiste continue son travail de sape : les bonnes âmes veulent faire revenir en Belgique les épouses de djihadistes ! Et question d’émouvoir Margot, la bonne presse subsidiée met en avant les enfants de terroristes au féminin. Des enfants qui ont biberonné à la haine de la Belgique et des « mécréants » belges.

Nous sommes en guerre avec les islamistes. Ces femmes ont choisi le camp de nos ennemis : qu’elles y restent !

D.K.

Commentaires