Print Friendly, PDF & Email

Alors qu’elle était encore ministre de l’intérieur, Theresa May, la premier ministre britannique actuelle, affirma en 2014 que le terrorisme islamiste n’a rien à voir avec l’islam. Pour supporter son affirmation, elle dénatura deux versets du Coran, les citant tronqués et hors contexte :

L’extrait du discours de Theresa May à la Conférence du Parti Conservateur, le 30 septembre 2014, où elle dénatura le Coran.

Des versets tronqués et hors contexte

Après avoir dit que « Cette idéologie haineuse (l’islamisme) n’à rien à voir avec l’islam » (applaudissements), elle se justifie en affirmant (à 1’15’’) :

«  Le Coran dit : « Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. ». Et il dit : « Nulle contrainte en religion! » ».

Or, elle ne cite qu’un morceau de ces versets, et en-dehors de leur contexte… ce qui en donne une image fausse. En effet, voici ce que dit l’entièreté du premier verset cité, le verset 13 de la sourate 49 du Coran :

«13. Ô hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous, auprès d’Allah, est le plus pieux. Allah est certes Omniscient et Grand- Connaisseur » (source).

En d’autre mot, on peut s’entre-connaître, mais seuls les musulmans sont bons !
Et voici ce que dit l’entièreté du deuxième verset, le verset 256 de la sourate 2, ainsi que le verset 257 qui le suit :

« 256. Nulle contrainte en religion! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »

« 257. Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi: Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Tagut, qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement » (source).

En d’autres mots, pas besoin de convertir les mécréants par la force car ils seront quand même dévorés par les flammes de l’enfer (source) ! Ce qui n’est pas vraiment la même chose que de la tolérance, non ?

Un verset abrogé

De plus, il faut savoir que les « savants » de l’islam considèrent qu’en cas de contradiction entre différents versets, celui qui a été cité en dernier abroge les précédents. Or, le verset 2:256 est, selon ces savants, abrogé par le verset 5 de la sourate 9, dit « Verset de l’épée » (source) :

« 5. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs (NDLR mécréants) où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux » (source).

Theresa May aurait donc du lire le Coran avant d’en parler. Et visiblement, le discours qu’elle a prononcé lui avait été écrit par un musulman expert en « taqiya », le mensonge recommandé pas l’islam pour protéger la foi islamique (source : Wikipedia)…

L’islam, religion d’amour et de paix ?

Dans son discours, Theresa May déclare également :

« Leurs actions (des terroristes) n’ont absolument aucune justification dans aucun texte du Coran », ainsi que :

« Nous savons que l’islam est une religion de paix et qu’elle n’a rien à voir avec l’idéologie de nos ennemis ».

Clairement, elle montre ici encore son ignorance du Coran. Toute personne qui l’a lu ne peut que constater qu’il contient de nombreux versets prônant le djihad et le terrorisme pour défendre l’islam (lire notre article). De plus, le prophète Mohammed, dont tout musulman est sensé suivre l’exemple, fut durant la deuxième partie de sa vie un chef de guerre redoutable, recrutant et dirigeant une armée puissante qu’il finançait en pillant des caravanes.

Theresa May poursuit :

« (Cette idéologie haineuse) est rejetée par une majorité écrasante de la communauté musulmane ».

Il est vrai qu’une fraction importante des musulmans sont opposés aux attentats et souhaitent vivre en bonne harmonie dans leur pays d’accueil. Mais il est tout aussi vrai que des manifestations de joie ont fréquemment accueilli, dans certains quartiers musulmans, l’annonce d’attentats islamistes. Et que de nombreux sondages indiquent qu’une bonne partie des musulmans estiment que la charia prime sur les lois occidentales…

La tête dans le sable…

On ne peut donc que s’étonner que, suite aux récents attentats de Londres, Theresa May affirme enfin que le terrorisme islamiste est la plus grande menace pour son pays, et qu’elle propose des embryons de mesures pour le contrer (lire notre article).

Mais on ne peut que douter de l’efficacité des mesures qu’elle propose. Car la cause profonde du problème, ce ne sont pas les nombreux musulmans paisibles qui appliquent un islam édulcoré ; mais c’est l’islam lui-même et ses textes fondateurs, qui contiennent abondance de justifications à l’intolérance et au terrorisme. Et c’est un phénomène unique à l’islam : dans aucune autre religion, on ne recourt au terrorisme pour l’imposer !

Affirmer que l’islamisme n’a rien à voir avec l’islam, c’est refuser de voir la réalité. Et ce n’est pas avec la tête dans le sable que l’on résout un problème. Malgré le Brexit, les anglais ne sont, hélas pour eux, toujours pas mieux gouvernés que nous…

J.S.

Commentaires