Print Friendly, PDF & Email

Ceci n’est pas une histoire belge …

Le récit du « flop » de la police britannique sort maintenant dans la presse anglaise. Le 30 janvier dernier, un passager est interpellé par la sécurité de l’aéroport de Manchester alors qu’il se préparait à embarquer dans un Boeing 737 de Ryanair à destination de Bergame en Italie. En cause: son bagage à main contenait un assemblage de fils, batterie et d’une boîte contenant un produit non identifié.

La sécurité à l’aéroport de Manchester a bien « sélectionné » le candidat terroriste, mais simplement pour lui confisquer sa bombe! On croit rêver.

L’homme, un Pakistanais détenant un passeport italien (merci l’Italie), a été autorisé par la sécurité de l’aéroport et la police britanniques à poursuivre son voyage sans sa mallette.

En effet, ces services de sécurité ont estimé que le colis ressemblant à du Canada Dry mode jihadiste:  « Ça a la couleur d’une bombe, le goût d’une bombe… mais ce n’est pas une bombe ». Tout y était pourtant:  fils, batterie, explosif (de type de celui que l’on retrouve dans les charges d’obus d’artillerie, dans les cartouches), connecteurs en place. Comme les stupides agents de sécurité et policiers n’ont pas décelé de traces d’explosifs à l’extérieur de la bombe (le nez de leurs chiens était sans doute bouché), ils ont décidé que le colis suspect n’était pas une bombe « viable » (sic) …

Peur sans doute de faire face à des accusation d’islamophobie, le passager suspect étant pakistanais. Celui-ci a été aimablement prié de continuer son voyage avec sans doute les excuses de Sa Majesté.

Cinq jours après, le terroriste retournait en Italie pour revenir au Royaume-Uni la semaine suivante. La police UK avait eu le temps et l’idée de réexaminer le colis suspect et cette fois, plus de doute : c’était bien une bombe artisanale qui avait toutes les chances de fonctionner une fois les connections établies entre l’explosif, le détonateur et les batteries. Le « touriste » Nadem Muhammad a été alors arrêté à sa descente d’avion et est confronté maintenant à la justice britannique. Sa ligne de défense ? Quelqu’un a placé la bombe à son insu dans sa mallette. Ben tiens …

Les passagers du Boeing 737 de Ryanair Manchester-Bergame ont eu de la chance. Il faut espérer que des emplois de gardes de sécurité et de policiers soient bientôt vacants à l’aéroport de Manchester.

C.T.

 

Commentaires