Print Friendly, PDF & Email

Le cas de Bernard Ntuyahaga est symbolique des errements de la politique d’asile en Belgique. 

Cet ex-major de l’armée rwandaise a été condamné en 2007 à 20 ans de prison, jugé responsable de l’assassinat de 10 paras belges, à Kigali, le 7 avril 1994.

Il a été libéré anticipativement en toute discrétion (les familles des victimes n’ont même pas été prévenues) durant le mois de juin, avant de trouver abri dans un centre fermé. Il pourrait être expulsé vers le Rwanda. Afin d’échapper à cette expulsion, l’ex-major demande l’asile… en Belgique. Argument invoqué : au Rwanda, il risquerait sa vie – pas tant que celle des malheureux paras, abattus froidement.

En réalité, Ntuyahaga voudrait se servir d’un droit d’asile en Belgique pour rejoindre plus facilement son épouse et ses enfants qui vivent au Danemark. Aussi odieuse que paraisse la demande du tueur rwandais, elle montre combien est exploité le laxisme des autorités belges dans le domaine du droit d’asile. Imaginons qu’en 1955, un bourreau allemand du camp de concentration de Breendonck, sa peine purgée, ait demandé l’asile en Belgique, afin d’échapper au jugement l’attendant en Allemagne…

Il est évident que la Belgique ne doit prendre en considération le sort d’un Rwandais, jugé pour le massacre lâche et raciste des paras belges (les corps ont été mutilés). Les familles de ces derniers attendent toujours des explications sur cette tuerie : les autorités belges les ont-elles abandonnés, pourquoi les forces de l’ONU ne sont-elles pas intervenues pour sortir les paras du piège dans lequel ils étaient tombés, etc ?

Il se trouvera bien une asbl « humanitaire » pour plaider le cas du pauvre ex-major rwandais. Sa démarche actuelle montre bien qu’il est conseillé par des communicateurs prêts à mobiliser tout ce que la Belgique comporte de bobos gauchistes et de bisounours larmoyants.

Rappelons les noms de nos martyrs assassinés parce qu’ils étaient belges : Caporal Bruno Bassine, Caporal Alain Debatty, Caporal Christophe Dupont, Caporal Stéphane Lhoir, Caporal Bruno Meaux, Caporal Louis Plescia, Caporal Christophe Renwa, Caporal Marc Uyttebroeck, Sergent Yannick Leroy et Lieutenant Thierry Lotin.

A propos, quand Philippe Close (PS) va-t-il inaugurer une place ou un monument en souvenir de ces 10 paras sauvagement exécutés – il l’a bien fait fait pour un ennemi de la Belgique, Patrice Lumumba ? 

 

Commentaires