Print Friendly, PDF & Email

La Belgique est tombée sur la tête. Un juge des référés veut offrir un million d’euros à deux femmes islamistes et leurs six enfants, actuellement réfugiées dans un camp, en Irak. L’argent du contribuable belge, évidemment.

Le jugement stipule que « l’Etat belge doit mettre en oeuvre toutes les mesures nécessaires et possibles pour permettre aux six enfants mineurs de rejoindre la Belgique« .

On se souviendra que ces deux traîtresses à la Belgique avaient été complaisamment médiatisées par la RTRBF (voir ci-dessus la scandaleuse vidéo, véritable usine à mensonges). Nos ‘journalistes » les présentaient comme de pauvres victimes repenties. C’était une manipulation impardonnable.

Des récidivistes récompensées pour leur fourberie

Tatiana Wielandt (26), Bouchra Abouallal (25), originaires de Borgerhout (près d’Anvers), vivent avec leurs six enfants dans le camp syrien de Al-Hol, sous administration kurde.

Ce ne sont pas « d’innocentes jeunes femmes, trompées par de belles paroles« , comme la presse subsidiée aime à les présenter. Ce sont d’insolentes islamistes, radicalisés à l’extrême. En voici la preuve dans cette vidéo.

Ces deux « pauvres victimes » sont parties en Syrie (2013), rejoindre leurs bien-aimés égorgeurs. Le mari de Tatiana n’était autre que le frère de Bouchra, un certain Nourredine, figure de proue du groupe islamiste Sharia4Belgium. Et elles sont rentrées en Belgique pour accoucher (2014) ! Elles se disaient « repenties »… Bien que les pères des enfants fussent morts, elles son reparties en Syrie. Drôles de « déradicalisées ».

Le sort des armes ayant tourné en défaveur des islamistes, elles veulent à présent revenir en Belgique. Le reportage RTBF que nous reproduisons en tête d’article veut nous faire croire qu’elles sont repenties. A nouveau. Elle le proclament haut et fort – voilées des pieds à la tête. Femmes et enfants de djihadistes ont été endoctrinés, comme le montre le reportage ci-dessous. Les faire revenir est promouvoir de futurs attentats.

 

Cependant un juge des référés a été ému par le sort de ces pauvresses. Une première fois, le mauvais coup est tombé à l’eau : la Belgique n’a pas compétence pour ce qui se passe en Syrie.

Mais, cette fois, un autre juge des référés a trouvé la parade. La Belgique n’est pas obligée de faire revenir ces deux femmes et leurs enfants, mais doit tout entreprendre pour les rapatrier. Et revoilà qu’on nous fait le coup des enfants « gravement malades » – comme Oussama Atar, en 2010, que les bobos gauchistes disaient à la mort, alors qu’à son retour en Belgique il organisa les attentats de Paris (2015) et de Bruxelles (2016) ?

La haine des Belges ? Oui ! Les allocations ? Oui, sûrement ! 

Comme pour le pacte de Marrakech, le dernier jugement en référé ne se veut pas contraignant. Sauf qu’après 40 jours suivant le prononcé du jugement, la Belgique devra payer une astreinte de 30.000 euros par jour pour les enfants de ces « pauvres malheureuses ». Avec un plafond d’un million d’euros. Tout cela, avec l’argent du contribuable belge.

Ca rapporte, trahir la Belgique (l’Etat Islamique nous a déclaré la guerre). D’autant plus qu’une fois revenue au pays des juges insensés, les deux djihadistes encaisseront des allocations familiales, des assistances à femmes seules et disposeront d’une priorité pour se voir accorder un logement social. Elles ne travailleront pas, ne paieront pas d’impôts; Si, en plus, elles auront touché 1 million d’euros, cela vaudra mieux qu’un Win for Life.

Finalement, ce n’est pas compliqué de devenir riche en Belgique : il suffit de trahir le pays, mobiliser la RTBF et couler des jours heureux en crachant sur les Belges. 

A.D.

 

 

 

Commentaires