Print Friendly, PDF & Email

Plusieurs membres du PARTI POPULAIRE se sont étonnés de voir avec quel enthousiasme les autorités abattaient des arbres qui ne menaçaient pas ruine, ne dérangeaient personne et enjolivaient nos paysages.

La raison est sordide : les communes vendent 80 % des bois d’abattage, principalement du chêne, à la Chine ! Nos communes qui devraient vendre ce bois à des scieries wallonnes, poussées à la faillite. Normalement, elles pourraient acheter 17.000 mètres cubes de bois, mais on ne leur en propose que 4.000 mètres cubes.

Ou plus exactement, les communes préfèrent vendre aux Chinois qui proposent des prix élevés, inaccessibles aux exploitants wallons. Le comble c’est que ce bois, transformé en Chine, est mis en vente chez nous !

Dans la foulée, ce manque à gagner pour les menuiseries risque de créer la perte de quelque 2.000 emplois.

Il est vrai que les Chinois savent influencer les décisions et que certains responsables communaux ne restent pas insensibles aux gratifications « entre amis »…

Commentaires