Print Friendly, PDF & Email

Quelques jeunes étudiants en marketing, accros aux sondages, viennent de jeter un beau pavé dans la mare très politisées des « sondeurs d’opinion », en lançant leur premier sondage internet de nouvelle facture, avec leur petite structure clin d’œil, appelée fièrement INSOP. Les anciens se rappelleront les scandales de financement du PS par l’INUSOP en 1994 (faux usage de faux, abus de confiance, escroquerie et corruption), dirigé par des sociologues de l’ULB avec le PS.

Que ce soient Dedicated Research – RTBF – La Libre ou IPSOS – Le Soir – RTL, les instituts de sondage ont, comme la presse, une relation incestueuse avec le monde politique. Ce n’est pas nouveau.

Le Soir, comme toute la presse belge, stipendiée par le pouvoir politique s'est mise le doigt dans l'oeil, avec les instituts de sondage...
Toute la presse belge, qui ne survit qu’avec l' »aide à la presse » accordée par le pouvoir politique, s’est mis le doigt dans l’oeil, avec les instituts de sondage, dans l’élection américaine… Ou bien ces sondages étaient-ils manipulés et par qui?

De là les tripotages que se permettent ces sondeurs, pour « lisser » les résultats, quand ils ne correspondent pas à ce qu’on en attend, ou cacher une tendance lourde comme le vote populaire pour Donald Trump et avant cela la victoire du BREXIT lors du referendum qui a coûté sa carrière au Premier britannique David Cameron.

Les originalités du sondage réalisé par l’INSOP sont multiples:

– Avec 2.211 personnes consultées, l’échantillon est deux fois plus important que ce dont se contentent les grands instituts de sondage de la place. La marge d’erreur est donc moindre.

– Il s’agit de « vraies » personnes, hommes et femmes, de tous âges et régions (Wallonie et Bruxelles), choisies aléatoirement par les algorithmes des réseaux sociaux; pas d’une liste de personnes ayant accepté de participer à des sondages réguliers, comme c’est le cas avec les « online panels » des grands instituts…

– Les jeunes sondeurs de l’INSOP se refusent à « améliorer la soupe », comme le disent et le font les sondeurs professionnels. Les résultats sont bruts, non traités et c’est au lecteur à se faire une opinion.

Alors qu’en est-il? Vous vous rappelez qu’en septembre, les deux chaînes de TV ont annoncé dans leur « baromètre politique », la belle croissance du PTB de Raoul Hedebouw (16,2% des intentions de vote, avec dépassement d’Ecolo et du CDH). Le Parti Populaire avait été totalement ignoré, volontairement dans les commentaires. Les sondages lui accordaient 5%. On parlait à l’antenne de Défi, qui fait moins que le PP, mais pas du PP! Le PS se retrouvait à 24,7% et le MR à 22,3%. Voilà des chiffres bien rassurants. Le ronron, la pâtée habituelle que l’on offre aux citoyens-téléspectateurs-lecteurs, en les prenant pour des cons.

Wpoll
Le nouveau sondage INSOP, lui, donne des résultats tout différents! Le PTB devient le premier parti francophone, le premier avec 24% des intentions de vote! C’est une vraie révolution qui se prépare: La démagogie des communistes s’avère payante… Le PTB devance nettement le MR (14%) et le PS (13%) qui s’effondrent. Ecolo se maintient à 12%, le CDH se retrouve à 5%, le seuil en-dessous duquel il n’y a pas d’élus et le Parti Populaire double son score en atteignant 9%, avec une percée en province de Liège. Défi reste négligeable en Wallonie (2%).

BpollPremier commentaire: ce sondage témoigne d’une « ubérisation » de la société, où les citoyens font leurs choix de manière beaucoup plus libérée qu’auparavant. Question: ce sondage ne montre-t-il pas surtout la réponse des « râleurs » et des mécontents, ou alors des activistes politiques les plus virulents? N’y a-t-il pas surpondération de ce groupe dans la population sondée? Peut-être… Peut-être pas! A écouter la presse à la veille du Brexit, les Britanniques allaient rester en Europe. A lire et écouter la presse francophone belge la veille de l’élection de Donald Trump, Hillary Clinton avait gagné, c’était « déjà plié ». On connait le résultat.

Pour 91% des sondés questionné sur la fiabilité de la presse, à qui un institut avait demandé récemment « la presse ment-elle? », la réponse était OUI ! Une belle gifle aux champions du politiquement correct!

Le Peuple a demandé au président du Parti Populaire, Mischaël Modrikamen, de commenter ces résultats détonants…

L.R.

Un sondage qui décoiffe!Un sondage qui décoiffe!

Publié par Le Peuple sur jeudi 15 décembre 2016

Commentaires