Print Friendly, PDF & Email

La preuve est à présent donnée : les discussions pour la constitutions des gouvernements wallon et bruxellois se résument à l’attribution des places bien rémunérées. Aucune des promesses électorales du PS et d’Ecolo ne se retrouvent dans les « programmes de gouvernement » que nous allons devoir subir. Les enjeux essentiels sont ignorés.

Le « gouvernement » bruxellois (PS/Ecolo/DéFI + partis flamands) s’entend parfaitement à augmenter les taxes, écraser la classe moyenne, imposer le 30km/h dans les 19 communes bruxelloises, tout en parlant de la mobilité dans une ville que fuient ses habitants.

Très grande discrétion sur le projet NEO, qui va saccager le Heysel et approfondir encore un peu plus le déficit budgétaire de la Région et de la ville de Bruxelles. Afin d’occuper des postes bien rémunérés et accéder à tout le profitariat cher aux politiciens, Ecolo a accepté de sacrifier plusieurs centaines d’arbres du Heysel pour les remplacer par des milliers de mètres carrés de béton (nous y reviendrons dans un prochain article).

Un poumon vert de Bruxelles va ainsi disparaître, au moment où l’on s’accorde à dire que les arbres sont nos meilleurs alliés contre les méfaits du CO2.

On peut offrir un titre de docteur honoris causa à Greta et faire exactement le contraire de ce que disent ses adorateurs.

L’exemple ci-dessus montre que des villes ont compris les enjeux futurs, qui amélioreront notre vie et celle de nos enfants : des légumes et des fruits cultivés chez nous (et non plus dans de lointains pays africains ou asiatiques), des circuits courts (c’est-à-dire, indépendants de trans ports par route ou par avion), l’interdiction d’emploi de pesticides et autres poisons chimiques.

Et tout cela, sans augmenter les taxes et impôts, au contraire de ce que préparent PS, Ecolo, DéFI et autres partis incompétents.

Les agriculteurs et éleveurs wallons, abandonnés par le PS et Ecolo

Le coquelicot (une idée ridicule du grotesque Jean-Marc Nollet) s’est fané plus vite que la vraie fleur. On ne sait encore si le prochain projet sera le pissenlit ou l’ortie, mais une chose est certaine : les impôts des Wallons qui travaillent vont monter en flèche. Cette même classe moyenne sera écrasée par la dictature verte, multipliant les tracasseries (et amendes), sans que ne soient abordées les questions de fond.

Sait-on encore qu’entre 2005 et 2016, 4,2 millions (!) de petites exploitations agricoles ont disparu en Europe ? La Wallonie est de plus en plus touchée, au moment où, en dépit de quelques simagrées, PS et Ecolo acceptent l’envahissement du marché belge par des produits de piètre qualité (notamment, les viandes et les OGM), via des accords Europe/Canada et Europe/Mercosur (pays d’Amérique latine).

Ces questions fondamentales n’apparaissent pas dans les « programmes » des « gouvernements » wallon et bruxellois, sauf en termes de vagues intentions ou de reports aux calendes grecques. Par manque d’imagination les futurs gouvernements, à tous niveaux, réduisent notre avenir à un torrent d’impôts nouveaux. Et sans doute tout audit inefficaces que les précédents.

J.P.

 

Commentaires