Print Friendly, PDF & Email

Les Belges ont tout de même bon dos. Et un bon gosier. Et un bon caractère. Pour leurs étrennes, dès le 1er janvier, ABInbev (Jupiler, Stella…) augmentera ses prix de 3,12 % dans les cafés et au restaurant, et de 2,83 % à l’achat dans les magasins et grandes surfaces. Cette augmentation est particulièrement scandaleuse.

La raison ? ABInbev empêcherait l’importation en Belgique de bières, produites par cette société et à moindre prix ! Une manière de « punir » les Belges de consommer moins de bière que dans les décennies passées ? En 2016, les brasseurs ont écoulé 7,7 millions d’hectolitres de bière, soit une baisse de 3,3 % par rapport à 2015. Tiens, c’est presque le même pourcentage que l’augmentation du prix d’un verre.

Les Belges ingurgitent 74 litres de bière par an. Cela nous classe au 18ème rang des plus grands consommateurs au monde. Très loin derrière les champions : les Tchèques et leurs 148,5 litres par an et par personne !

Il faudrait dire « Rond comme toute la Tchéquie » plutôt que « Rond comme toute la Pologne », où l’on ne consomme « que » 98,5 litres. Mais peut-être que les Polonais compensent leur retard avec quelques alcools de prune ?

ABInbev produit aussi la Leffe, ce breuvage qui a supprimé son brassage « de Noël » par un brassage « d’hiver ». On remarquera que cette bière a été mise sur le marché à la fin

du mois de novembre, alors que l’hiver ne débute que le 21 décembre. Si ce n’est pas de la provocation et du mépris pour la clientèle fidèle à cette fausse marque d’abbaye (elle est brassée à Louvain dans les installations de Stella Artois)…

La bière artisanale reprend des couleurs

Pour les amateurs de bière, c’est peut-être l’occasion de découvrir les bières artisanales, dont le succès ne cesse de grandir. Avec 250 brasseries, la Belgique a doublé, en 15 ans, le nombre de firmes qui produisent de la bière.

Cette avancée est due principalement à l’augmentation des brasseries artisanales – celles qui avaient disparu, notamment à cause de la politique de la terre brûlée, pratiquée par ABInbev, désormais plus intéressée par les marchés étrangers.

Il faut aussi savoir que les brasseries artisanales participent à l’envolée des exportations de bières, de l’ordre de 8 %, entre 2015 et 2016.

Tant qu’à payer cher son verre de bière, autant favoriser les entreprises de chez nous !

D.K

Commentaires