Print Friendly, PDF & Email

Mais où était la Targnion ? Et la FGTB ? Et Abramowicz de Résistances ? Et les Territoires de la Mémoire ? Et les Triangles rouges ? Et tous les casseurs prompts à agresser les spectateurs paisibles d’une conférence donnée par Theo Francken ? Pour laisser Dieudonné déverser sa haine antisémite et anti-Blancs, les Vertueux ont cru bon de laisser dire.

La bourgmestre Targnion (PS) se disait même « pas au courant ». Ca se passait sur le territoire de Verviers, mais la bourgmestre ne savait de rien. La bonne presse lui a permis de jouer l’étonnée, la tombée des nues, la c’est-y-pas-vrai.


C’est qu’elle a l’esprit très occupé, la pauvrette. Ses mensonges répétés à propos de ses multiples avantages réclament une vigilance de tous les instants : pas question de se prendre les pieds dans toutes les carabistouillef qu’elle déverse à qui veut l’entendre.

Et puis, il y a Elio qui n’apprécie guère la gourmandise pécuniaire de la Targnion : 32.000 euros chez Luminus – en surplus de ses émoluments de bourgmestre, de sa présidence d’Enodia (le nouveau nom de Publicain, afin d’égarer les soupçons) et quelques autres mandats qu’elles collectionne avec l’égale avidité d’un buticulamicrophile pour les mignonnettes de boissons fortes.

On comprend que Targnion n’ait pas trop le temps de s’occuper de Verviers, ville autrefois prospère et en pleine dégringolade depuis que les Desama et le PS y occupent le pouvoir.

Que reste-t-il de joie de vivre à Targnion ? Les sorties entre copains pour dénoncer les « connards d’extrême droite » venus écouter Theo Francken. Pour le reste, pas question de la déranger. Dans le cas de Dieudonné M’bala M’bala, connaissant le personnage, on peut dire qu’une bourgmestre qui laisse faire est complice de l’antisémite.

H.J.

Commentaires