Print Friendly, PDF & Email

Sous ce titre provocateur, l’hebdomadaire flamand ‘t Pallieterke (5 juillet 2018) donne une analyse pertinente du paysage politique de droite en Wallonie.

Extraits du texte, en page 7 : « Selon certains, la N-VA pourrait obtenir jusqu’à 20 % des voix entre Tournai et Arlon, mais les nationalistes flamands n’apparaissent évidemment pas en Wallonie. Les électeurs regardent vers d’autres partis et très vite on tombe sur le Parti Populaire de Mischaël Modrikamen, connu comme avocat des actionnaires dupés de Fortis. Le parti détient actuellement un siège au Parlement. Le PP est bâillonné dans la presse francophone, à la grande colère de Modrikamen. Récemment s’est tenue une audience au tribunal (de commerce de Bruxelles – ndlr), suite à une plainte de Modrikamen parce que son parti – en dépit d’un siège au Parlement fédéral – est ignoré par le média public RTBF. Pendant l’audience Modrikamen et l’avocat de la RTBF en vinrent presqu’aux mains lorsqu’il apparut que ce dernier filmait en cachette la plaidoirie de Modrikamen. Par parenthèse : à la question de savoir pourquoi le PP n’apparaissait pas à la RTBF,  alors que la N-VA et le Vlaams Belang apparaissent à la VRT (chaîne publique flamande – ndlr), l’avocat de la RTBF, Jacques Englebert, répondit : « C’est normal. Toute la Flandre est d’extrême droite ».

Voici l’intégralité de l’article en Néerlandais. Cliquez pour agrandir.

La nervosité dans la Wallonie bien-pensante à l’égard du PP est palpable et croît, car le parti, qui tombait régulièrement sous le seuil d’éligibilité dans les sondages, semble à présent remporter de meilleurs résultats, de manière structurelle. Selon les projections du politologue de l’ULB, Pascal Delwàit, sur base de récents sondages, le Parti Populaire pourrait décrocher 5 sièges au Parlement wallon et conquérir 2 siècles au fédéral. (c’est nous qui soulignons). Si ce résultat se maintient, le 26 mai 2019, il y aura une force politique de droite que l’on ne pourra ignorer en Wallonie.

L’article se poursuit à passer en revue les « groupuscules marginaux de droite. « Face au Parti Populaire « que l’on peut qualifier d’intelligent (critique sur la migration, pour une justice ferme, une économie libérale)« , selon ‘t Pallieterke, grenouillent des groupuscules, « qui, selon certains, auraient été infiltrés par la Sûreté de l’Etat« .

Nous n’allons pas les citer et leur offrir une publicité imméritée, mais on ne peut s’empêcher de regarder du coté de l’escroc Aldo Mungo.

Au total, un article sensé, bien informé et très différent de la panade aux mensonges, servie trop souvent par les médias francophones…

F.M.

Commentaires