Print Friendly

La « voiture du peuple » avait déjà été soutenue par Adolf Hitler, qui voulait faire de la coccinelle la voiture populaire de l’Allemagne nazie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le constructeur allemand avait utilisé des travailleurs forcés: prisonniers de guerre et détenus de camps de concentration. VW avait tenté bien plus tard de réparer son image en créant dans les années 1990 un fonds d’indemnisation des travailleurs forcés et en laissant les historiens accéder à ses archives de guerre.

Ferdinand Porsche explique un détail de la Volkswagen coccinelle à Adolf Hitler, peu avant la dernière guerre…

Mais l’image du géant allemand n’est pas près de s’améliorer  avec les affaires qui se succèdent… La dernière nouvelle, c’est que Volkswagen a spontanément envoyé une auto-dénonciation aux autorités européennes de la concurrence, pour avour participé à un cartel illégal mené par les constructeurs allemands depuis des années. Il faut savoir que – à l’image de l’efficacité des tribunaux américains – l’Union européenne a  instauré un système de primes au premier dénonciateur dans un cartel illégal (pas d’amende du tout) et au 2e dénonciateur (une amende réduite de 50%).

Quand on sait que ces amendes dépassent allègrement le MILLIARD d’EUR depuis l’accord illégal des grandes entreprises de l’ascenseur en 2004.

Ici, VW, Audi, Porsche, BMW et Daimler auraient formé un cartel depuis les années 1990, se concertant notamment sur la réduction des émissions polluantes des voitures diesel. C’est le magazine Der Spiegel qui l’annonce.

« L’industrie automobile allemande s’est concertée depuis les années 1990 dans des groupes de travail secrets (60 groupes , au total 200 personnes !) sur la technique utilisée dans les voitures, les coûts, les sous-traitants, les marchés, les stratégies et aussi sur la diminution des émissions polluantes de leurs véhicules diesel », écrit Der Spiegel.

Selon l’auto-dénonciation évoquée par le Spiegel, à la fois VW, Audi et Porsche, mais aussi BMW et Daimler auraient participé à ces réunions. Volkswagen craint que cela ait abouti à « des comportements enfreignant le droit de la concurrence ».

Exemple frappant : depuis 2006, les constructeurs se seraient rencontrés de nombreuses fois pour déterminer la taille des réservoirs d’ « Adblue », cet additif qui permet de réduire les émissions polluantes d’oxyde d’azote. De gros réservoirs se révélant être plus chers, les groupes auraient opté ensemble pour de petits réservoirs, ne contenant pas assez de liquide pour réduire de manière significative les gaz polluants émis. Bref un coup de communication, mais une faible efficacité volontaire.

Le public est déjà évidemment au courant qu’en 2015 a été découvert un vaste trucage de Volkswagen pour faire paraître moins polluants qu’en réalité onze millions de véhicules diesel. VW rame depuis pour modifier le programme des véhicules.

Manifestation contre la junte militaire au Brésil: VW a collaboré avec le régime dans la dénonciation des opposants.

Le pompon des constructeurs, c’est quand même Volksmwagen qui le remporte haut la main, avec les accusations très précises de la complicité de VW Brésil avec la dictature militaire au Brésil, entre 1964 et 1985. Là, c’est le Suddeutsche Zeitung qui révèle l’affaire. Elle implique la composition de listes noires des travailleurs de ses usines de Sao Paulo et Belo Horizonte par VW, des arrestations de la torture. Bref, un rôle de dénonciateur parfaitement odieux, pour soutenir la junte militaire…

L’affaire avait éclaté en septembre 2015, lorsque d’anciens employés de l’entreprise allemande et des militants ont déposé une plainte au Brésil dans laquelle ils reprochent à Volkswagen d’avoir permis des persécutions et la torture de 12 salariés de VW, opposants au régime militaire.

Le constructeur allemand s’est refusé à tout commentaire. Il veut « attendre le rapport final et les résultats qu’il contient avant de les commenter dans le détail et de se concerter sur les mesures à prendre ».

Comme publicité pour le premier groupe automobile allemand, on pourrait faire mieux !

C.T.

Commentaires